Au-delà de la motivation, l’inspiration

La vie nous propose régulièrement des événements qui nous donnent envie d’effectuer des changements dans notre vie. C’est le cas par exemple d’un accident, d’un décès,  d’un licenciement, d’une naissance, d’une rencontre. On a aussi des moments clés dans notre vie durant lesquels on a envie de mettre en place des changements. Ces moments peuvent être un anniversaire, en franchissant par exemple un cap (par exemple le franchissement d’une dizaine), ou la bien connue et traditionnelle fin d’année avec l’expression de « bonnes résolutions » pour la nouvelle année qui va venir. Le point commun à tous ces moments de prise de décisions, c’est que sur le moment et durant quelques temps (jours, semaines, voire quelques mois) on a de la motivation et de la volonté. Cependant, il arrive généralement que cette motivation disparaisse et que la volonté s’éteigne. Et quelque part, c’est tout à fait naturel. Dans cet article je vais vous présenter les 3 astuces pour s’assurer d’avoir de la motivation à volonté pour atteindre ses objectifs et/ou tenir ses « bonnes résolutions ».

La motivation est un état qui doit venir de l’intérieur, non pas de l’extérieur. Le parfait exemple d’une motivation extérieure est l’image que l’on a du coach sportif. Bien souvent, on externalise notre motivation en la personne du coach, qui est là pour nous pousser dans nos retranchements. Lorsque, par exemple, l’on est entrain d’effectuer la dernière série de pompes et qu’on a de la difficulté vers les dernières, on a l’image du coach qui nous hurle dessus pour qu’on finisse, voire qu’on pousse à en faire encore au moins une de plus, puis encore une autre, etc. Sur le coup, on peut se dire que c’est une bonne chose d’externaliser sa motivation. Cependant, qu’arrive-t-il si le coach n’est pas là ? Que se passe-t-il si on n’a plus les moyens de payer un coach ? Ou simplement si on en a marre de se faire « engueuler » ? La réponse est simple, on ne va pas plus loin que ce qu’on pense pouvoir faire. On ne finit pas la série de pompes, ou si on le fait on ne pousse pas plus loin. Alors, comment faire pour ne pas avoir besoin d’externaliser sa motivation ?

Il est bien plus efficace de trouver l’inspiration profonde derrière un objectif. Voici les différentes étapes à mettre en place pour se fixer un objectif inspirant et maintenir un haut niveau de motivation.

1. Questionner en profondeur son objectif. Si on reprend l’exemple précédent, il est intéressant de se poser la question de « pourquoi est-ce que je veux effectuer ces séries de pompes ? ».  Ensuite, on peut questionner la réponse obtenue, et continuer ainsi de suite jusqu’à trouver une réponse qui nous inspire profondément. Par exemple on peut en arriver à « pour profiter pleinement de mes enfants », « pour vivre en pleine santé plus longtemps », « pour impacter le monde », « pour aider les personnes dans le besoin », etc. Il se peut qu’après avoir amorcé ce processus on découvre que finalement le but derrière cet objectif ne soit pas si important que ça, voire qu’il n’y a par de réel but (c’est souvent le cas lorsque nous sommes influencé par l’extérieur). Ainsi, il serait peut-être une bonne idée de changer d’objectif, et en choisir un pour lequel on a une véritable et profonde inspiration.

2. Marquer par écrit l’objectif et son but profond. Une fois l’objectif et son but déterminés, une astuce consiste à les écrire manuellement (le cerveau enregistre et intègre plus en profondeur quand les mains y participent) et les mettre en évidence aux endroits stratégiques. Par exemple sur le mur en face de sont lit, sur sa porte d’entrée, en fond d’écran d’ordinateur et/ou de téléphone. Ainsi, dès lors que l’on perd la motivation, il suffit de relire cet écrit, et l’on se reconnecte alors à notre pourquoi profond et la motivation revient.

3. Lister les indispensables et les inconvénients. Pour avoir un impact encore plus important suite au travail effectué dans le point 1, un travail complémentaire, permettant de renforcer la motivation, est d’établir deux listes : 1) pourquoi est-ce que c’est indispensable que j’atteigne cet objectif, pour moi et pour les autres ; 2) quels sont les inconvénients de ne pas me mettre en marche et réaliser cet objectif. Remplissez ces listes le plus possible. Et pour aller plus loin, appliquez toujours même technique : pour chaque point listé, chercher pourquoi il est indispensable et/ou quels sont les inconvénients de ce point. Cet exercice permet de renforcer l’inspiration et ancre dans notre cerveau l’importance de l’objectif. Et pour renforcer encore plus l’impact, appliquez le point 2 en écrivant à la main chacune des listes. De même, gardez ces listes à portée de main pour les moments où votre motivation baisse.

 

Le fait que notre motivation baisse est une bénédiction de notre cerveau. Ça permet de ne garder de la motivation que pour les choses qui nous inspirent vraiment. Ces 3 astuces décrites précédemment permettent de trouver plus rapidement si un objectif est réellement important pour nous, et dans ce cas renforcer la motivation associée et surtout avoir tous les éléments pour retrouver la motivation quand celle-ci commence à retomber.

Quels sont les objectifs qui vous tiennent à cœur, et quel est votre pourquoi ?


J’ai soumis cet article dans le cadre d’un événement interblogueurs autour du thème « Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions » du blog Devenez Meilleur..

Cliquez ici pour voter pour cet article s’il vous a plu !

Vous pouvez aussi consulter cet article complémentaire une fois vos objectifs déterminés, afin de mieux les gérer.

[Défi communication semaine 2/15] S’intéresser sincèrement aux autres et susciter un vif intérêt de faire ce qu’on propose

La communication se pratique la plupart du temps à au moins 2 personnes, soi-même et notre interlocuteur. Peu importe le but initial de cette conversation, bien souvent on n’a en tête que ce qui nous intéresse nous-même. Bien souvent on écoute seulement superficiellement l’autre et dès qu’on a une réponse ou une remarque, on ne pense plus qu’à ça, et trouver le moment pour intervenir. Et pendant ce temps là, on n’écoute plus vraiment la personne, alors que peut-être notre réponse/remarque pourrait ne plus être valide en tant que telle.

Un autre schéma existe lorsque notre conversion a un but précis pour nous, dans lequel on attend de l’autre une adhésion à notre opinion ou une validation d’une requête. C’est typiquement le cas lorsqu’on demande une augmentation, lorsqu’on va démarcher un client, ou lorsqu’on doit faire une demande de service auprès d’un collaborateur par exemple. Bien souvent, on se focalise sur notre demande et la façon de procéder selon notre propre système de perceptions et de valeurs.

Avec la mise en œuvre et l’utilisation des deux principes de la semaine, les conversations prennent une nouvelle tournure et on obtient bien souvent de meilleurs résultats — surtout dans le second cas où l’on attend quelque chose de notre interlocuteur.

Principes de la semaine

Principe 3 : Suscitez un vif désir de faire ce que vous proposez

Il est toujours plus facile de demander à une personne de faire ce qu’elle a déjà envie de faire. C’est pourquoi, lorsqu’on fait une demande, il faut la positionner en présentant les avantages que ça procure à la personne, tout en lui faisant deviner cette demande. Ainsi, elle aura l’impression que l’idée vient d’elle, devant ainsi plus encline à réaliser cette demande. Attention, ceci n’est pas de la manipulation dans le sens où les deux parties sont gagnantes dans la réalisation de l’action.

Principe 4 : Intéressez-vous réellement aux autres

J’aurais pour ma part mis ce principe avant le précédent car je le considère comme sa base. En effet, comme mentionné précédemment, il est plus facile de faire une demande dans les perceptions et valeurs de la personne à qui on fait la demande. Pour ce faire, il faut dans un premier temps s’intéresser réellement et sincèrement à elle. Non seulement ceci va nous permettre de réaliser des demandes plus facilement, mais on va pouvoir découvrir cette personne et certainement apprendre beaucoup de choses, via des expériences et des anecdotes. Ça permet de construire une relation bien plus forte, ce qui est la vraie richesse d’une vie.

Bilan

Tout d’abord, je vais commencer par mentionner que le fait de se concentrer sur 2 principes sur une période d’une semaine apporte les effets sur lesquels je comptais. Bien que m’étant concentré sur l’application des deux nouveaux principes de la semaine, j’avais toujours des automatismes mis en place pour la semaine précédente qui s’activaient ! Et ceci m’a beaucoup aidé à la mise en œuvre des deux nouveaux principes en changeant mon état d’esprit.

J’ai principalement expérimenté la mise en œuvre du Principe 4, qui pour moi est la base de toute bonne relation. Afin de créer une relation dans laquelle chacun se sent en confiance avec l’autre, rien de tel que de discuter sincèrement et avec une forte attention avec son interlocuteur. J’ai pu entendre et comprendre les réels centres d’intérêts et de préoccupations des personnes que je côtoies au quotidien. Ça me permet aujourd’hui de mieux comprendre leur fonctionnement, ce qu’ils attendent, et ça oriente de manière efficace ma manière de communiquer avec eux. C’est bien plus agréable pour tout le monde. Comme je l’ai mentionné précédemment, c’est aussi une source de connaissances assez impressionnante. J’ai pu découvrir par des histoires et des anecdotes des choses que je ne connaissais pas.

La mise en œuvre de ce principe requiert une véritable écoute, en y portant toute sa conscience et son attention. Le but est aussi de retenir un maximum d’informations. Cependant, le fait d’être totalement présent dans ces moments de « découverte de l’autre » m’a permis de retenir assez facilement les informations essentielles sur chacune des personnes avec qui j’ai pu discuter.

Pour la mise en pratique du Principe 3, j’ai principalement eu l’occasion de l’expérimenter lors d’une réunion avec des clients/partenaires, lors d’une démonstration et présentation de l’état d’avancement de notre projet. C’était pour moi l’occasion idéale de mettre en pratique le Principe 4 pour collecter encore un peu plus d’informations sur des points précis dans leurs demandes, afin de pouvoir donner des réponses adéquates. Comme c’est un partenariat avant tout, j’ai pu utiliser le Principe 3 pour avancer des idées et concepts qui soit sont déjà existants de notre côté, soit sont envisagés. Pour une bonne partie d’entre eux ils ont été « acceptés », et sont maintenant attendus. Très rapidement (dès le lendemain), une réunion informelle à eu lieu, à l’initiative du partenaire, montrant ainsi sa motivation pour avancer sur le sujet.

Au final, chacune des deux parties est gagnante. La discussion s’est déroulée dans de bonnes conditions, bien que les relations ont toujours été un peu délicates, avec quelques pics lancés de temps à autres. Avec l’application de quelques astuces (comme l’application du 2e Accord Tolthèque « N’en faites jamais une affaire personnelle« ) pour rester concentrer sur l’objectif et comprendre sincèrement et réellement les besoins des clients/partenaires, j’ai pu arriver à créer un climat sain de discussion pour avancer de manière plus efficace.

 

La conclusion de cette semaine est que s’intéresser sincèrement aux autres permet non seulement de créer des relations fortes, mais permet aussi de pouvoir mieux communiquer en faisant passer son message de manière plus efficace et efficiente. En appliquant les 4 principes ensembles, je peux remarquer que ma communication s’améliore de manière significative !

Une nouvelle semaine se présente, avec de nouveaux principes à ajouter aux 4 déjà mis en œuvre, pour progresser encore plus dans l’art de la communication 🙂 Et vous, où en êtes-vous dans votre communication ?


Liens vers les épisodes du défi communication :

Semaine 1 : ici

Semaine 2 : ici !

Semaine 3 : ici

Semaine 4 : ici

Semaine 5 : ici

Semaine 6 : ici

Semaine 7 : ici

Semaine 8 : ici

Semaine 9 : ici

Semaine 10 : ici

Semaine 11 : ici

Semaine 12 : ici

Semaine 13 : ici

Semaine 14 : [à venir]

Semaine 15 : [à venir]

[Défi communication semaine 1/15] Ne pas critiquer, ne pas se plaindre, mais complimenter

Parler est une capacité que nous développons très tôt dans notre vie, en apprenant à produire des sons, puis en assemblant ces sons nous pouvons former des mots, puis des phrases. Cependant, la communication, qui n’est ni plus ni moins qu’un fondamental de notre civilisation, élève la capacité à parler au rang d’art. Et comme tout art, la communication s’apprend et se pratique, en observant quelques règles, qui vous le verrez, sont simples à comprendre mais dont la mise en pratique peut s’avérer plus délicate.

Ce billet présente le bilan de la première semaine d’un défi que je me suis lancé afin d’améliorer ma communication. Ce premier billet est plus long que ne le seront les suivants, car j’y décrit le contexte.

Contexte

Je fais partie d’un groupe de personnes qui ont un désir très fort d’avancer dans leur vie en aspirant à se construire une vie sur mesure. Ce groupe est constitué des personnes faisant partie de la promotion 2017 du programme Titanium de David Laroche. Plusieurs personne de ce groupe ont entrepris de se lancer le défi de lire et mettre en pratique chaque jour les principes d’un chapitre du très célèbre livre « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie (best seller sur le sujet s’il en est). Souhaitant moi aussi avancer sur le sujet de la communication, qui est un élément essentiel à toute personne vivant en société, et encore plus lorsqu’elle souhaite devenir coach (ce qui est mon cas !), je me suis lancé le défi de mettre aussi en pratique les principes décrits dans ce livre. Pour cela, j’ai choisi un format un peu spécial, afin de me faire bien travailler les principes de communication.

Au départ, mon idée était qu’au lieu d’appliquer un principe (ou chapitre) par jour, je vais étendre l’expérience pour chacun à une semaine. Cependant, en faisant le tour des principes, j’ai pu m’apercevoir qu’ils pouvaient être logiquement regroupés 2 à 2, permettant ainsi de maximiser les résultats. Ainsi, le livre présentant 30 principes, me voilà lancé dans un défi de 15 semaines ! 15 semaines pour m’améliorer et avancer dans l’art de la communication.

Protocole

Le but n’étant pas de se lancer un défi en le faisant n’importe comment, je me suis fixé un protocole et un ensemble de règles à respecter. Ce sont tout simplement les règles inhérentes à tout défi et plus particulièrement dans le domaine du « développement personnel », qui sont

  • Lire et relire les 2 chapitres de la nouvelle semaine chaque dimanche et intégrer les principes de chacun d’eux ;
  • Visualiser quelques moments clés où j’aurai l’occasion de les mettre en pratique dans la semaine et me préparer à ces moments là ;
  • Après chaque interaction durant la semaine me faire un auto-feedback (si possible en garder une trace écrite) pour évaluer les points positifs et ceux à améliorer (notez que je ne parle pas de défauts et/ou de reproches ! il n’y a que des axes d’amélioration) ;
  • M’assurer autant que possible de mettre en œuvre les principes dans chacune de mes interactions et me « surveiller » en cours de route (tout en maintenant une pleine conscience sur la discussion).

Ensuite, chaque dimanche je publierai sur ce blog le bilan de la semaine en décrivant ce que j’ai expérimenté et appris en mettant en application ces 2 principes.

Passons maintenant au bilan de cette première semaine avec l’application des 2 premiers chapitres du livre.

Principes de la semaine

Principe 1 : Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas

Ce principe est avant tout tourné vers soi-même, car il demande de mettre en place une observation de ses pensées et une mécanique pour les étudier et les travailler avant d’agir et interagir avec les autres.

Principe 2 : Complimentez honnêtement et sincèrement

Ce principe est quant à lui plus tourné vers notre interlocuteur, alors que les réels bien faits soient plus percutant sur soi. C’est cependant un excellent liant social, indispensable à toute bonne communication et construction de relation avec autrui.

Bilan

Tout d’abord, quelle joie de m’être lancé ce défi et je tiens à remercier tous les Titaniums pour leurs encouragements et leur envie d’avancer. C’est souvent le cas dans les premiers moments où l’on se lance publiquement un défi : on est plein de motivation et de joie pour avancer. Je n’ai pas échappé à cette règle, avec en plus le sentiment de faire quelque chose de concret pour avancer dans la construction du nouveau moi 🙂 Ce qui n’était pas prévu, c’était de publier cette aventure ici, mais autant que ce soit rendu le plus « publique » possible et en faire profiter un maximum de personnes !

Concernant le Principe 1 , j’ai pu expérimenter 2 aspects, voire 2 dimensions de la communication. Premièrement, la dimension de la critique lorsque l’on n’est pas en communication directe avec la personne. Cas typique : je suis en voiture et la conduite de la personne devant moi m’insupporte. J’étais adepte du fait de critiquer sa conduite, voire même d’aller jusqu’à m’énerver, tout seul. À la limite, la seule interaction possible serait de klaxonner, mais si on y réfléchit bien, ça ne fait pas avancer les choses. Au mieux la personne n’y fera pas attention, au pire ça va la déranger et/ou l’énerver au point de rendre sa conduite et son comportement dangereux, pour elle et pour nous. Dans un tel cas, l’application du Principe 1 permet de se préserver soi même dans un premier temps en restant calme (en appliquant les astuces de pleine conscience), en ayant une conduite plus souple (merci pour l’écologie !), et le fait de ne pas critiquer permet de garder son attention mobilisée sur sa propre conduite. Deuxièmement, c’est un cadeau qui est fait à la prochaine personne avec qui je vais avoir une interaction ! Car, d’un point de vue énergétique, je ne me suis pas mis dans une énergie basse et donc j’ai pu commencer mes discussions dans une belle énergie ! Quelle différence ça fait ! Donc au final, ça permet de moins dépenser d’énergie dans quelque chose sur laquelle je n’ai aucun pouvoir, donc autant en profiter pour travailler sur mon énergie haute, qui sera bien plus bénéfique à moi et aux autres.

L’autre dimension est plus classique, se déroulant lors d’une interaction directe avec une personne. J’avais plus de « facilité » à critiquer une personne, en ayant bien souvent la bonne intention de vouloir la faire progresser. Au final, cette technique ne fait que braquer la personne et son énergie descend. Et lorsque l’on est en énergie basse, progresser n’est pas la première idée qui nous vient à l’esprit. J’ai donc changé autant que possible mon comportement et plutôt que de critiquer, j’ai mis en œuvre le Principe 2. Cependant, pour finir sur le Principe 1, il a été très challengeant pour moi cette semaine dû au contexte dans mon travail. Les relations avec le management et la gestion de projets sont quelques peu tendus depuis quelques mois. J’avais pris l’habitude avec les collègues de me plaindre et de critiquer ces états de fait. Ce qui a changé, c’est que j’ai mis en application 2 choses :

  • Le 3e Accord Tolthèque « Ne faites pas de supposition » car au final, je parlais sur des choses en faisant des suppositions sur qui a dit et/ou fait (ou pas)  des choses. C’est dépenser beaucoup d’énergie et de pensées sur des suppositions. Aussi, l’application du 1r Accord Tolthèque « Que votre parole soit impeccable » rejoint le Principe 1 dans le sens de ne pas médire, et donc aussi critiquer autrui. Ceci en référence au changement d’énergie que j’ai décrit dans le cas de la voiture.
  • La loi de l’équilibre : en effet, je peux me plaindre et critiquer autant que je veux ce que les autres font ou ne font pas, mais dans tous les cas ça ne change rien aux faits. C’est alors que j’ai commencé à me demander plutôt en quoi est-ce que chaque situation est en fait un cadeau pour me faire avancer dans ma vie. Voir en quoi ces faits me permettent de développer et/ou renforcer chez moi de nouvelles compétences, ou me « forcer » à prendre des décisions, ou me donner l’opportunité de prendre mon pouvoir personnel. Une fois rentré dans ce processus, il m’est finalement devenu plus difficile de critiquer les autres, car j’éprouve plus rapidement un état de gratitude vis-à-vis des faits et des personnes. Cependant, ça n’empêche pas le fait d’avoir une discussion qui démarre sur des critiques, mais assez rapidement, en ayant pris l’habitude de m’observer, je déclenche le processus et tout change. Et ceci permet de rejoindre le Principe 2, en complimentant sincèrement, avec gratitude, les personnes à l’origine de la discussion.

 

Enfin, l’application du Principe 2 a surtout été une question de le faire ouvertement, et de me « forcer » à exprimer plus souvent des compliments. Alors bien sûr, il y a certaines personnes où de prime abord on peut avoir du mal à trouver un compliment, mais en s’exerçant, on arrive assez facilement à trouver quelque chose. Si ce n’est pas sur le travail, on peut complimenter sur l’habillement, le style, un mot ou une attention. Ceci est d’autant plus vrai pour des actions/attentions quotidiennes, que l’on fini par considérer comme « normales ». Le fait de complimenter une personne sur ce geste quotidien redonne du caractère à celui-ci et donne de l’importance à la personne le faisant, faisant généralement monter son niveau de satisfaction et d’estime d’elle-même. Aussi, j’ai pu remarquer que certaines personnes ne semblent pas spécialement « touchées » par les compliments (du moins elles ne le montrent pas extérieurement), mais ce n’est en définitive pas si grave. Au final, émettre un compliment sincère permet avant tout de se sentir bien, et de se mettre dans une belle énergie. Ainsi, si une personne n’entend pas le compliment, ce n’est pas grave, l’énergie a été envoyée et elle sera reçue, en plus d’augmenter notre propre énergie qui elle rayonne autour de nous.

Ce que j’ai pu observer c’est qu’en complimentant les personnes autour de moi, ça leur a permis de se sentir mieux, bien plus que si je les avais critiquées, et ça  a mis en place une ambiance plus conviviale.

 

En conclusion de cette semaine, je peux dire qu’elle a été riche en enseignements, grâce à la mise en pratique de ces 2 principes (avec l’aide et l’appui d’autres techniques et astuces). C’est un grand changement dans ma vie, qui a aussi des répercutions dans celles des personnes qui m’entourent. Je vais poursuivre la mise en œuvre des ces principes chaque jour, en les intégrant et incarnant un peu plus ; et ceci en ajoutant les nouveaux principes de chaque semaine !

 

Merci d’avoir pris le temps de lire ce bilan de la première semaine de mon défi de communication. N’hésitez pas à vous lancer vous aussi dans l’aventure en choisissant de mettre en place le même défi, dans cette version ou une autre. En tout cas, peu importe où vous en êtes dans votre niveau de communication, je vous invite à travailler dessus, car ça apportera beaucoup à vos relations et à vous-même.

À vos marques ! Prêts ! Communiquez ! 🙂


Liens vers les épisodes du défi communication :

Semaine 1 : ici !

Semaine 2 : ici

Semaine 3 : ici

Semaine 4 : ici

Semaine 5 : ici

Semaine 6 : ici

Semaine 7 : ici

Semaine 8 : ici

Semaine 9 : ici

Semaine 10 : ici

Semaine 11 : ici

Semaine 12 : ici

Semaine 13 : ici

Semaine 14 : [à venir]

Semaine 15 : [à venir]

Contourner le chemin de la procrastination

De nos jours, il y a tellement d’options pour s’occuper, se distraire, qu’il peut devenir difficile de se mettre à la tâche, pour réaliser quelque chose qui nous tient à cœur. Ça peut être l’écriture d’un livre, aller faire du jogging, jouer d’un instrument, faire un appel ou écrire une lettre à une personne qu’on aime. Dans le cas où on se dit « ok, je le ferai plus tard, je regarde d’abord un épisode de cette série », puis on en regarde un deuxième, puis on tombe sur autre chose. Et finalement, on n’avance pas sur ce qu’on avait prévu de faire. C’est là tout l’art de la procrastination, qui est de repousser ce qu’on veut faire à plus tard. Je vais présenter 3 astuces et 1 réflexion qui permettent de s’affranchir de cet art.

1. Je m’engage publiquement sur mon projet. Le fait de parler de son projet/objectif à un maximum de personnes permet d’utiliser un biais de notre psychologie. En effet, personne n’aime vivre le moment où quelqu’un te demande « alors tu en es où dans ton projet ? tu as bien avancé ? » et qu’on doit trouver une explication sur le fait que non, on n’a pas avancé. Ainsi, pour éviter de souffrir, on va inconsciemment se motiver pour avancer sur notre projet.

2. Je me motive pour 2 minutes. Cette technique utilise elle aussi un autre biais cognitif très puissant. Il suffit de se motiver pour se dire « ok, je vais y consacrer 2 minutes ». Le but ici est de le faire sincèrement. C’est-à-dire que dans le pire des cas, j’arrête vraiment au bout de 2 minutes si je n’arrive pas à continuer. Mais ce qu’il se passe bien souvent, c’est qu’une fois la machine lancée, les 2 minutes sont largement dépassées.

3. Faire l’analyse du pourquoi et des conséquences. Cet exercice consiste à lister tous les points qui font que c’est important d’avancer dans ce projet. De mettre en lumière le pourquoi de départ. Pourquoi est-ce qu’on s’est lancé dans ce projet ? Un exercice complémentaire est de lister toutes les conséquences de ne pas avancer sur ce projet. Quel est le prix à payer si je n’avance pas ? Dans un cas comme dans l’autre, pour chaque élément listé, il peut être intéressant d’aller creuser encore plus loin, et de pousser le même mécanisme d’analyse sur chacun des points. Cet exercice peut durer très longtemps, mais il permet surtout d’aller trouver soit la réelle inspiration que l’on a dans le projet (en étant sincèrement et profondément touché(e)), soit de déterminer avec certitude qu’on ne veut pas le faire (pas maintenant, pas de cette façon). Cet exercice peut aussi permettre de redéfinir le projet, ses objectifs, voire de comprendre qu’en fait ce projet n’est qu’une forme, et que ce qui nous inspire est quelque chose d’autre (et alors on peut changer de projet pour un qui est encore plus en accord avec notre inspiration profonde).

Ces trois astuces sont étonnement puissantes pour pouvoir avancer sur ses projets. Cependant, la réflexion sur laquelle on peut se pencher est la suivante : si après avoir utilisé ces 3 astuces je n’arrive toujours pas avancer sur mon projet (la peur des critiques et de potentiellement décevoir les personnes auprès de qui je me suis engagé(e) n’est pas assez forte, et/ou à chaque fois j’arrête après les 2 minutes, même en ayant poussé loin l’analyse du pourquoi), est-ce vraiment un projet pour moi ? Bien souvent on a des projets qui ne sont pas tout à fait pour nous, du moins dans leur forme, ou ce n’est pas le bon moment, ou avec les bonnes personnes. Il n’y a aucun mal à ça. C’est même plutôt une bonne nouvelle que d’être pleinement conscient et honnête avec soi-même pour reconnaître que je serais plus en accord avec moi-même et je serais certainement plus heureux si j’abandonnais ce projet et me consacrais à un autre projet pour lequel j’ai moins besoin d’utiliser ces astuces pour avancer (bien que la 3e soit vraiment un boost dans tous les cas). C’est une réflexion à mener après avoir fait les exercices de l’astuce 3, qui permet d’avoir une vision plus claire sur nos intentions vis-à-vis du projet.

Attention cependant à ne pas tomber dans la facilité de dire « j’ai essayé, ça n’a pas marché, donc ce n’est pas pour moi et j’abandonne ». Encore une fois, il est question ici d’être honnête et sincère avec soi-même. Ces astuces sont justes là pour pallier le manque de motivation que l’on expérimente tous certains jours. Le seul but est d’avancer pour se construire la vie qui nous plait et nous rend heureux 🙂

Soulager un mal de tête ou une migraine

Les maux de tête sont populairement banalisés et pour les « traiter » on doit prendre des médicaments et attendre que ça veuille bien passer. Cependant, ces maux sont des signes d’une réalité plus subtile. Les 2 astuces fondamentales dans tous les cas de figure sont : prenez le temps de respirer lentement et profondément, et buvez de l’eau.

Ces maux de tête peuvent provenir de plusieurs sources :

  • La plus probable provient d’une mauvaise posture donnant une « mauvaise » courbe au cou bloquant ainsi la circulation des fluides vers la tête ; ceci entraîne une sur-pression dans la boîte crânienne, appelée mal de tête. Dans ce cas de figure, le plus tôt vous vous apercevez des premiers signes de sur-pression et le plus vite vous corrigez votre posture, le plus vite ce désagrément se dissipera.
  • En second vient se placer le fait d’apporter trop d’énergie au niveau de la tête et du cerveau en particulier. Ceci arrive dans les cas où l’on se concentre  intensément, ce qui fait un fort appel en énergie, qui n’est pas évacuée correctement. Premièrement, lorsque l’on se concentre beaucoup et longtemps, on oublie de s’hydrater, donc commencez par boire. Ensuite, prenez le temps de respirer profondément. Enfin, pour évacuer le surplus d’énergie, collez votre langue contre le palais, et visualisez un flux d’énergie partir de la tête (à l’endroit où se situe la pression) descendre vers les pieds, en passant le long du visage, de la poitrine, du ventre, sur les cuisses, et finalement sortir par la plante des pieds.
  • La troisième source peut être une grande sensibilité à l’énergie externe. Un exemple d’un tel cas réside dans le fait de ressentir un mal de tête à l’approche d’un orage, et sa force augmente à mesure que l’orage se rapproche. En soit, c’est plutôt une bonne nouvelle indiquant votre connexion aux éléments, qu’il ne faut surtout pas perdre et éliminer avec des médicaments ! Dans cette situation, utilisez la technique du paragraphe précédent, pour faire circuler et canaliser l’énergie qui s’accumule en vous (en pensant à bien coller la langue contre le palais).

 

Si après avoir utilisé ces techniques la douleur persiste, consultez un spécialiste, car ça peut être le signe d’un problème « physique », comme par exemple un problème de vue qui entraîne un sur-activité du cerveau (pour compenser par lui-même), ou une tumeur (ce ne sont que 2 exemples parmi d’autres). Un contrôle permet de détecter au plus tôt s’il y a un problème facilitant ainsi son traitement.

Le mal de tête est un signe de notre corps pour nous indiquer quelque chose qu’il nous faut prendre en compte, et ne pas enfouir sous des médicaments. Soyez à l’écoute de votre corps, prenez le temps de le comprendre et d’essayer des techniques pour le soulager naturellement. Nous n’en avons qu’un, prenons-en soin, car c’est notre meilleur allier pour vivre la vie qui nous inspire ! 🙂

Bien dormir et avoir un sommeil réparateur

C’est aujourd’hui un élément de notre vie que nous négligeons bien trop souvent, et pourtant le sommeil est essentiel pour notre bien être. Je vais vous donner ici quelques astuces pour s’endormir plus facilement et avoir un sommeil réparateur, pour démarrer chaque journée en pleine forme avec plein d’énergie !

On imagine bien souvent que c’est une perte de temps, alors que c’est pendant cette phase que notre corps et notre mental effectuent des tâches très importantes pour bien vive chaque journée dans les meilleures conditions. Tout d’abord, du côté du corps, c’est durant l’endormissement, surtout la nuit qu’il répare les tissus (fabrication des muscles !) et qu’il fait un « entretien » général. Concernant le mental, il range et trie tous les événements de la journée. C’est dans cette phase que les souvenirs sont créés, que l’apprentissage est ancré (c’est pourquoi pour mieux apprendre il est préférable d’apprendre le soir).

Dans notre société moderne et connectée, on a accès à plein d’information et de divertissement, et bien souvent on néglige notre sommeil car on veut profiter de tout ce qui nous est offert. Ainsi, dormir est considéré comme une perte de temps et donc on réduit ce temps. En plus de ça, on passe beaucoup de temps devant des écrans émettant de la lumière bleue qui stimule notre cerveau, en plus de toutes les émotions qui sont vécues (peur, angoisse, énervement, …). Tout ça rend notre endormissement bien plus difficile et donc notre sommeil inefficace.

Voici quelques astuces pour s’endormir plus facilement et avoir un sommeil réparateur :

  • Se coucher tôt (les premières heures de la nuit sont les plus réparatrices) ainsi se lever plus tôt et profiter de la journée ;
  • Méditer plusieurs fois dans la journée pour calmer son esprit et ne pas avoir de surcharge le soir (un prochain article décrira comment débuter la pratique de la médiation et quels en sont les bien faits) ;
  • Éviter les écrans lumineux (lumière bleue principalement) au moins une ou deux heures avant de se coucher ;
  • Se coucher à heure fixe et si possible établir un rituel a exécuter avant de se coucher (ancrage dans notre esprit pour déclencher l’endormissement) ;
  • Dormir dans le noir complet (utiliser des rideaux opacifiant si besoin — c’est ce que j’ai mis en pratique récemment et l’effet est vraiment impressionnant !) en ne laissant pas entrer de lumière et en éliminant toute source dans la chambre, tels que les réveils ou les LEDs de divers appareils (télévision, smartphone …) ;
  • En étant allongé dans le lit, se détendre et par la respiration visualiser notre énergie descendre vers les pieds (à l’expiration), et les sentir se réchauffer (cet exercice permet de calmer notre esprit et de s’endormir plus rapidement) ;
  • Demander à haute voix à son mental de passer une bonne nuit et indiquer à quelle heure se réveiller (cette astuce fonctionne plutôt bien bien, soit dès le premier soir, soit après quelques jours !)
  • Être en conscience le soir des moment où notre corps entre dans une phase d’endormissement (qui est en relation avec les cycles de sommeil) — on a une fenêtre de 15-20 minutes pour aller se coucher et s’endormir rapidement (ça laisse le temps d’aller se coucher et commencer à se détendre) ; si vous ratez ce moment, ne stressez pas et occupez vous pour les 20 à 40 minutes suivantes (cette durée dépendant de chaque personne, apprenez à vous connaître ;)) en attendant le prochain passage — l’important c’est de prendre note pendant une ou deux semaines de ces événements, et ensuite d’adapter ses activités en conséquence pour pouvoir se tenir prêt à la bonne heure ;
  • Avoir un calepin sur sa table de nuit pour noter toutes les idées et choses à se souvenir pour délester notre mental (ainsi l’esprit est apaisé et l’endormissement est facilité) ;
  • Être conscient de nos besoins en fonction des saisons et ne pas être strict en se disant « il faut que je dorme 7h » (de manière naturelle, on dort plus en hiver qu’en été ; ceci est lié à la circulation des énergies, sujet qui fera l’objet d’un prochain article).

 

Depuis que j’applique le plus possible tous ces principes, je dors très bien, j’ai plein d’énergie le matin en me levant de plus en plus tôt. Ainsi je profite de beaucoup plus de choses (sport, méditation dans le calme, apprécier le lever du soleil, démarrer la journée sans stress …), en étant dans une énergie riche. Je n’ai plus ce besoin de faire la « grasse matinée » le week-end, car je fais le plein d’énergie chaque nuit. Il ne tient qu’à vous d’appliquer aussi ces principes pour avoir une meilleure santé et passer des journées dans une énergie riche, et ce chaque jour de l’année ! Même si vous êtes sceptique, essayez pendant 2 semaines pour voir si ça vous est bénéfique ou non. Vous n’avez rien à perdre, et beaucoup à y gagner 😉

[citation] Apprécier le cadeau qu’est la vie

En te levant le matin, rappelle-toi combien est précieux le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux

Marc Aurèle

Bien souvent, dans notre société actuelle dans laquelle tout va si vite, dans laquelle il faut être performant et ne pas « perdre » de temps, dans laquelle on veut nous faire croire que l’on ne peut pas être heureux si l’on n’a pas acheté le dernier gadget à la mode, ou si l’on n’a pas plein de crédits pour acheter la dernière voiture pour la ranger dans la plus grosse maison ; on oublie de se reconnecter au présent et démarrer chaque journée en la prenant comme un cadeau de la vie.

En vous réveillant chaque matin, prenez le temps avant d’ouvrir les yeux de respirer profondément avec le ventre, tout en mettant un sourire sur votre visage. Prenez 1 ou 2 minutes pour vous rappeler de 3 belles choses qui vous ont touché et/motivé la veille (une belle réussite, l’accomplissement d’un challenge, une rencontre, une belle musique, avoir profiter d’un rayon de soleil …).

 Prenez aussi 1 ou 2 minutes pour réaliser la chance que vous avez d’être à votre place. Dans un lit confortable (si ce n’est pas le cas changez en !), dans un abri sec et chaud, avec tout le confort. Ce genre de situation n’est pas donné à tout le monde. Soyez reconnaissant et ayez de la gratitude d’avoir tout ce confort, et poussez cette gratitude envers les personnes qui œuvrent chaque jour pour ça : celles et ceux qui permettent d’avoir de l’eau potable, de l’électricité, du gaz, qui fabriquent des vêtements, qui produisent de la musique …

Nous vivons dans un monde d’abondance comme jamais auparavant ! Louis XIV avait beau être roi de France, il était loin d’avoir tout notre confort et notre qualité de vie. Sachons reconnaître cet état de fait, prenons le temps de respirer profondément, mettons un sourire sur notre visage, et soyons heureux de notre situation. La vie est belle si nous décidons de voir les choses pour ce qu’elles sont et si nous avons de la gratitude pour ce que nous avons.

Posez l’intention de faire chaque matin cet exercice de quelques minutes, et porter tout au long la journée votre attention sur les détails de la vie qui font que vous avez de la gratitude et que vous pouvez être heureux !

Retrouver de l’énergie grâce à sa posture

Notre mental est intimement relié à notre corps et les deux s’influencent l’un l’autre en permanence. Je vais vous présenter ici une technique qui peut remettre rapidement le corps et le mental dans une belle énergie !

Il est important d’avoir de l' »énergie riche » créatrice et motivante pour avancer chaque jour vers nos objectifs pour réaliser notre vie sur mesure. Cependant, il est impossible d’avoir une belle énergie en permanence. Avant tout, il faut faire la différence entre l’épuisement énergétique, par exemple avoir réalisé de belles choses sur une journée et donc ne plus avoir d’énergie en fin de journée, et être dans une « énergie pauvre » non constructive. Dans cette dernière on a souvent des pensées pauvres, on déprime, on se pose des questions qui ne font que descendre encore plus notre énergie.

Lorsque vous êtes dans une énergie pauvre, la première chose à faire, c’est d’en prendre conscience ! Une fois cette première étape franchie (qui n’est pas des moindre !), il vous faudra choisir : est-ce que je veux rester dans cette énergie pauvre et ne pas avancer ? ou est-ce que je veux retrouver une énergie riche et avancer vers mes rêves/objectifs pour réaliser ma vie sur mesure ? Si vous choisissez la première option (généralement, on aime bien faire ça pour que les autres s’occupent de nous — on se comporte comme un petit garçon ou une petite fille),  ne lisez pas la suite. Dans le cas contraire, voici l’astuce : redressez vous ! Hé oui, c’est aussi simple. Ça paraît basique, mais rien de plus facile à faire. Donc redressez vous, mettez les épaules en arrière, montez la poitrine et le plexus solaire le plus haut possible comme s’ils étaient tirés par un fil vers le ciel. Pour accentuer encore plus l’effet, mettez un grand sourire sur votre visage, prenez la plus grande inspiration possible, puis pour expirer soupirez. Répéter cette opération autant de fois que vous en aurez besoin, mais rien que la première fois vous devriez ressentir une belle énergie arriver en vous.

Derrière cette astuce se cachent deux principes valables en permanence, qui sont :

  • Vivez en pleine conscience, c’est-à-dire porter attention à vous, à votre posture, votre respiration, votre énergie, et de manière plus générale votre corps, votre mental, et votre environnement;
  • Questionnez vous régulièrement sur votre énergie et confrontez la à votre posture et décidez s’il vous faut faire un ajustement, ou sinon prenez note de cet instant pour vous y référer plus tard en cas de besoin.

Quand vous êtes dans une belle posture, il vous sera très difficile d’avoir des pensées négatives et de la démotivation. À l’inverse, en étant avachi, les épaules et le menton vers le bas, il est difficile d’avoir une énergie riche et des pensées constructives et motivantes. Ainsi, c’est à vous de choisir dans quelle énergie vous voulez vous trouver. Maintenant vous savez comment passer de l’une à l’autre 😉

[lifehack] 15 signes indiquant que vous allez créer de la richesse et avoir du succès

Bien que l’économie ait ses hauts et ses bas, il y a toujours beaucoup de richesse à constituer. Aux États Unis, le pourcentage de millionaires a augmenter de 3% ajoutant ainsi 300000 nouveaux millionaires aux 10,1 millions existants. Il y a énormément de possibilités. Il vous revient de montrer votre désir et votre volonté d’avoir du succès. Suivent 15 signes montrant que vous allez et pouvez y arriver.

1. Vous avez défini des objectifs

Chaque petite pierre sur le chemin de chacune de vos réussites correspond à un objectif ou un désir. Le meilleur chemin vers le succès est de savoir vers où vous vous dirigez. Avec cette attitude vous pouvez suivre et mesurer votre succès et atteindre vos désirs.

2. Prendre des risques ne vous fait pas peur

Les personnes riches et à succès n’ont pas peur des risques. Elles sortent volontiers de leur zone de confort et sont à l’affût des opportunités, plutôt que de les attendre.

3. Vous avez un produit à vendre

Que ce soit votre talent, un service, ou de la connaissance, vous avez quelque chose à vendre. D’après Neil Patel, expert en « growth hacking », « Vous devez sortir votre produit, le plus rapidement possible, pour commencer à récolter des retours et continuer à améliorer le produit de manière régulière« . Ce attitude vous gardera sur le chemin du succès.

4. Vous avez le bon entourage

Vous êtes entouré de personnes positives qui croient en vous et dans vos projets. Ils voient en vous tout votre potentiel et vos succès plutôt que les échecs.

5. Vous cherchez la connaissance

Vous vous améliorez sans cesse et continuer de vous former et apprendre. Vous ne voulez pas rester ancrer dans des idées anciennes, mais plutôt trouver des sources d’information qui peuvent vous aider à grandir et avancer. « Jusqu’à ce jour, je trouve toujours du temps pour lire un livre par semaine », dit le consultant multi-millionaire Sam Ovens. « Cela m’a appris bien plus que n’importe quel cours, mentor, groupe de mastermind, ou conférence ne l’a jamais fait ».

6. Vous savez vous adapter

Vous êtes flexible sur les horaires. Vous n’êtes pas rigide dans vos attentes et vouloir absolument que les soient comme vous voudriez quelles soient. Vous tolérez et accueillez le changement.

7. Vous ne cherchez pas d’excuses

Vous n’avez le temps pour vous plaindre. Au contraire vous trouver des solutions aux problèmes se présentant à vous et vous cherchez en continu à résoudre des problèmes.

8. Vous êtes pro-actif

Vous mettez énergie et temps dans des entreprises/activités dans lesquelles vous croyez. Vous n’attendez pas que les résultats se présentent d’eux-mêmes, plutôt vous êtes actif et faites ce qu’il faut pour les atteindre.

9. Vous savez économiser une bonne part de vos revenus

Beaucoup pensent que ce n’est qu’une question de gains et de dépenses, cependant les personnes ayant du succès sont connues pour savoir sauvegarder une partie de leurs revenus pour les investir pour leur futur.

10. Vous êtes optimiste

Vous savez parfaitement que vous allez atteindre vos objectifs. Vous ne laissez pas les obstacles vous arrêter, au contraire vous les utilisez comme des opportunités pour grandir et vous rapprocher de vos objectifs.

11. Vous savez gérer vos échecs

Vous ne voyez pas vos échecs pour ce qu’ils sont mais comme des marches à gravir sur le chemin pour atteindre ce que vous désirez. Vous apprenez de vos échecs et grandissez avec vos expériences.

12. Vous savez clairement ce que vous voulez

Vous ne vous laissez pas influencer par les opinions des autres dans votre réussite. Vos objectifs sont clairs et vous êtes focalisés à les atteindre.

13. Vous avez un mentor qui a réussi

Vous pouvez chercher l’aide d’une personne qui a réussi et qui a suivi un chemin similaire au vôtre.  Vous êtes intéressés par obtenir leur aide et support afin d’atteindre vos objectifs. Cette aide peut venir soit d’un contact direct avec cette personne, soit en regardant ses vidéos, en lisant ses livres ou sa biographie.

14. Vous n’êtes pas en attente de gratification

Ques vous le vouliez ou non, le succès se mérite et prend du temps. Les personnes ayant du succès savent attendre le moment de gratification en jouant avec les soucis et obstacles du jour  pouvant ainsi savourer les joies du lendemain. Effectivement, cela demande discipline et force mentale pour attendre patiemment les fruits de ses actions.

15. Vous êtes cohérent

Vous travaillez chaque jour à l’atteinte de vos objectifs. Peu importent les circonstances actuelles ou les épreuves que vous traversez. Vous êtes passionné au sujet de ce que vous désirez et donc vous travaillez constamment à la réalisation de vos objectifs.

Article original ici par Casey Imafidon.