[Défi communication semaine 15/15] Encourager le passage à l’action et convaincre de la pertinence de vos idées

Quel est le meilleur moyen pour avancer et progresser ? Passer à l’action ! On se retrouve bien souvent bloqué dans une situation, avec parfois des idées à « essayer », mais on n’ose pas. Ce blocage vient de la peur de l’échec, de la peur du jugement des autres. Le problème majeur ici, c’est surtout le jugement et l’opinion que l’on a de nous-même, c’est notre dialogue interne qui joue contre nous. Il en va ainsi pour bon nombre de personnes. Alors qu’en fait, on a déjà vu qu’il n’y avait pas d’échec, mais seulement des apprentissages. Aussi, le fait de ne pas passer à l’action fait grandir en nous un sentiment de frustration, car la situation qui nous dérange ou qu’on veut solutionner persiste. Et plus le temps passe, plus la frustration augmente, et vous remarquerez qu’en même temps le sentiment de peur d’agir augmente en même temps. Pourquoi ? Quelque part en nous quelque chose pousse pour que nous passions à l’action, et ça devient de plus en plus proche, et donc la peur que nous avons est sur le point de se réaliser 🙂 L’objectif ici est d’aider les personnes qui vous entourent à passer à l’action dans un climat bienveillant. Ainsi, il leur sera plus facile de passer à l’action, ce qui leur permettra d’augmenter leur confiance en elles, et elles pourront ainsi progresser.

Aussi, pour inciter les personnes à passer à l’action dans une démarche qui vous permette d’avancer dans vos propres objectifs, vous pouvez vous appuyer sur la connaissance que vous avez des personnes qui vous entourent. Si vous trouvez le point commun qui permet à tout le monde de progresser, alors chacun fera ce qu’il faut pour avancer et en sera content.

Principes de la semaine

Principe 29 : Encouragez. Que l’erreur semble facile à corriger.

Lorsque l’on veut encourager une personne à avancer et se lancer sur une tâche qui lui semble difficile ou risquée, le meilleur moyen de la rassurer c’est de lui faire voir en quoi le pire qui pourrait arriver n’est pas si pire que ce qu’elle pense. Bien souvent, dans le pire des cas, il faudra trouver une solution pour rectifier l’action, et la personne aura fait un apprentissage de ce qu’il s’est passé. Et comme on l’a déjà vu au cours des dernières semaines, tout le monde fait des erreurs, donc il n’y a rien de grave.

Le but ici est de rassurer la personne, et surtout qu’elle soit convaincue que vous serez son allié(e) si jamais « ça tourne mal ». Vous êtes en fait la personne qui donne une « autorisation », en attendant que votre interlocuteur se donne ses propres autorisations.

Principe 30 : Rendez les autres heureux de faire ce que vous suggérez.

Le secret de ce principe réside dans le fait que si l’on connait bien la personne en face de nous, on peut trouver une manière de présenter notre idée suivant un angle qui lui plaira le plus. Cela peut parfois demander d’être créatif pour trouver un point d’accroche entre votre idée et ce qui motive et inspire votre interlocuteur. Et une fois que c’est fait, pourquoi est-ce que la personne ne serait pas heureuse de réaliser votre idée, ou bien vous aider dans sa réalisation ? Du moment que c’est relié à quelque chose qui l’intéresse, elle sera forcément heureuse de vous aider 🙂

On peut remarquer encore une fois que ce point dépend fortement du fait que vous ayez au préalable pris le temps de connaître de manière profonde et sincère cette personne. Ainsi, il vous est plus facile de trouver un angle qui lui parle et la motive le plus pour vous aider dans la réalisation de vos projets et idées.

Bilan

Pour cette dernière semaine, clôturant ce défi de quinze semaines sur la mise en œuvre des principes du livre « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie, les principes abordés permettent de faire une synthèse de tout ce qui a été abordé. C’est pour moi le fruit logique que l’on récolte après avoir mis en œuvre tous les principes précédents, en les ayant intégrés dans notre attitude.

Pour la mise en pratique du Principe 29, c’est quelque chose de quotidien pour moi, car j’évolue dans un contexte où mon équipe a complètement été renouvelée. Le projet sur lequel je travaille est complexe et critique pour l’entreprise, et il a une histoire riche de plus de 6 ans maintenant. On peut donc facilement imaginer qu’une personne arrivant sur un tel projet n’est pas forcément à l’aise, surtout que pour la plupart des nouveaux arrivants dans l’équipe, ce poste est leur premier poste dans l’industrie. La situation est telle que je ne peux pas assurer un accompagnement permanent de chaque personne. L’approche que j’utilise est de donner la liberté à chacun et chacune d’expérimenter, en donnant éventuellement mon avis lorsque  je pense que c’est nécessaire. Et lorsque ça se passe pas comme la personne s’y attendait, j’essaye toujours de prendre un moment pour venir l’aider, et si possible trouver une solution — ce n’est pas toujours le cas, et je ne manque pas de le faire remarquer ! 🙂 Ainsi, une « erreur » n’est jamais vraiment dramatique. De même, lorsqu’une personne commet une erreur, sur un sujet délicat sur lequel elle est en pleine découverte et apprentissage, il ne sert à rien de s’énerver et de faire la morale. Ça n’apporte rien de positif. Par contre, prendre le temps de comprendre quelle est la problématique que la personne est entrain de rencontrer, quelle a été sa démarche et voir à quel moment le chemin emprunté n’est pas celui attendu. Cette démarche bienveillante permet de créer un climat dans lequel les personnes n’hésitent pas à essayer des choses et avancer. Et si elles se trompent, c’est l’occasion de faire un bel apprentissage. Aussi, une astuce à utiliser ici est qu’à chaque fois qu’une incompréhension est détectée, il est intéressant de se pencher sur comment créer un document et/ou une procédure pour permettre aux personnes qui emprunteront plus tard le même chemin de ne pas s’égarer au même endroit. Ça permet de clarifier le fonctionnement de notre produit, aussi bien en interne que pour nos clients. Ainsi le processus de prise en main de notre produit est à chaque passage un peu plus facilité et documenté.

Concernant le Principe 30, que je considère comme l’apothéose de cette plongée au cœur de la communication, il ne peut être mis en pratique que si tous les autres avants ont été utilisés et appliqués sur une durée non négligeable. En effet, comment motiver une personne à faire ce que vous voulez (du moins ce qui vous arrangerait) tout en la rendant heureuse de le faire ? La réponse semble assez évidente. Il faut trouver en quoi ce que vous voulez se trouve à la croisée de vos intérêts et de ceux de votre interlocuteur. C’est simple, si chacun y trouve son compte, alors tout le monde y gagne et chacun sera content de faire cette action et/ou projet. Et comment trouver cet intérêt commun ? Si vous avez appliqué les principes des précédentes semaines, vous avez du expérimenter le fait de vous intéresser réellement et sincèrement aux personnes qui vous entourent. Ainsi, avec un peu d’imagination vous devriez pouvoir trouver une manière d’exprimer votre demande sous une forme qui va plaire à votre interlocuteur. Faites appel aux sentiments élevés, en décrivant un but qui dépasse la personne. Par exemple, on a eu le cas de l’annonce d’un nouveau client, alors que l’équipe venait tout juste de s’engager à réaliser une quantité de travail pour une période donnée. Je suis un fervent défenseur de cette méthodologie (l’agilité, pour celles et ceux qui se demandent quelle méthode c’est — mais ce n’est pas l’objet ici), cependant, un nouveau client avec qui l’équipe pourrait briller et montrer tous ses talents, c’est très tentant. De même, chaque personne de l’équipe pouvait être impliquée et c’est pour une belle réalisation. Il n’a pas été très difficile de convaincre l’équipe qu’on pouvait consacrer 2 jours à faire ce qu’il faut pour préparer le terrain et avancer d’un bon bloc pour ce client là. Bien sûr, on a du se désengager de certaines tâches sur lesquelles on devait travailler. Mais cette suggestion a été adoptée car je l’ai présentée sous l’angle du travail d’équipe, et du fait que toutes et tous pouvait participer activement au déploiement de notre solution chez un nouveau client. C’est une nouveauté pour tous les membres de l’équipe, nouveaux comme anciens. Ça permet aussi de renforcer les liens existants en fédérant nos énergies et pensées sur un même objectif. Ainsi, quand on connaît les inspirations des personnes qui nous entourent, il peut être assez facile de trouver ce qui peut les intéresser et les motiver à vous aider à réaliser ce qui vous tient à cœur, du moment que tout le monde a à y gagner 🙂

 

En conclusion, on peut voir qu’encourager les personnes à passer à l’action demande juste un peu de lâcher prise et de bienveillance. C’est une belle manière d’aider les personnes autour de vous à grandir. Enfin, pour s’assurer que des personnes vous aident dans la réalisation de vos projets, prenez le temps de bien les connaître et trouver ce qui peut éveiller chez elles un intérêt en rapport avec vos besoins. Ainsi, si la coopération est en mode gagnant-gagnant, chaque personne — dont vous-même — sera heureuse de participer à la réalisation de votre projet.

Et vous, avez-vous appliqué tous les principes abordés au cours de ces quinze semaines ? Êtes-vous bienveillant(e) et laissez-vous de l’espace aux personnes pour qu’elles puissent apprendre librement à leur rythme ? Et enfin, les connaissez-vous suffisamment pour savoir quels sont les leviers que vous pouvez utiliser pour les convaincre de vous aider à réaliser et atteindre vos objectifs ? N’oubliez jamais que les relations humaines, dans tous les domaines, doivent reposer sur le mode gagnant-gagnant pour atteindre leur plein potentiel ! 🙂

 

Merci d’avoir suivi ce défi sur le thème de la communication, suivant les principes du livre « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie. J’espère que vous avez apprécié ce voyage au fil des semaines, et que vous avez pu mettre en pratique certaines des clés que j’ai présentées. N’hésitez pas à mettre en commentaire ce que vous en avez pensé, et quels sont les points que vous avez mis en œuvre. Améliorer sa communication est l’affaire de toute une vie, car on rencontre de nouvelles personnes, et celles que l’on fréquente changent et évoluent elles aussi. Je vous souhaite d’avoir de beaux échanges constructifs avec toutes les personnes que vous fréquentez et que vous rencontrerez ! 😀

 


Liens vers les épisodes du défi communication :

Semaine 1 : ici

Semaine 2 : ici

Semaine 3 :  ici

Semaine 4 : ici

Semaine 5 : ici

Semaine 6 : ici

Semaine 7 : ici

Semaine 8 : ici

Semaine 9 : ici

Semaine 10 : ici

Semaine 11 : ici

Semaine 12 : ici

Semaine 13 : ici

Semaine 14 : ici

Semaine 15 : ici !